Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Revue spirite — Année IV — Octobre 1861.

 <<< 


ENSEIGNEMENTS ET DISSERTATIONS SPIRITES.


LA TERRE PROMISE.

(Envoi de M. Rodolphe, de Mulhouse.)  † 

Le Spiritisme se lève, sa lumière féconde va bientôt illuminer le monde ; son éclat magnifique protestera contre les attaques de ceux qui sont intéressés à conserver les abus, et contre l’incrédulité du matérialisme. Ceux qui doutent seront heureux de trouver dans cette doctrine nouvelle, si belle, si pure, le baume consolateur qui les guérira de leur scepticisme, et les rendra aptes à s’améliorer et à progresser comme toutes les autres créatures. Les privilégiés seront ceux qui, renonçant aux impuretés de la matière, s’élanceront d’un vol rapide jusqu’au faîte des idées les plus pures, et chercheront à se dématérialiser complètement.

Peuples ! levez-vous pour assister à l’aurore de cette vie nouvelle qui vient pour vous régénérer ; qui vient, envoyée par Dieu, pour vous unir dans une sainte communion fraternelle. Oh ! qu’ils seront heureux ceux qui, écoutant cette voix bénie du Spiritisme, suivront sa bannière, et rempliront l’apostolat qui doit ramener les frères égarés par le doute, l’ignorance, ou abrutis par le vice !

Revenez, brebis égarées, revenez au bercail ; relevez la tête, contemplez votre Créateur, et vous rendrez hommage à son amour pour vous. Rejetez promptement le voile qui vous cachait l’Esprit de la Divinité ; admirez sa toute bonté ; prosternez-vous la face contre terre, et repentez-vous. Le repentir vous ouvrira les portes du bonheur : celles d’un monde meilleur où règnent l’amour le plus pur, la fraternité la plus étroite, où chacun fait sa joie de la joie du prochain.

Ne sentez-vous pas que le moment approche où des choses nouvelles vont surgir ? Ne sentez-vous pas que la terre est en travail d’enfantement ? Que veulent ces peuples qui se remuent, qui s’agitent, qui s’apprêtent à la lutte ? Pourquoi vont-ils combattre ? Pour briser les chaînes qui arrêtent l’essor de leur intelligence, absorbent leur sève, sèment la défiance et la discorde, arment le fils contre le père, le frère contre le frère, corrompent les nobles aspirations et tuent le génie. O liberté ! ô indépendance ! nobles attributs des enfants de Dieu, qui élargissez le cœur et élevez l’âme, c’est par vous que les hommes deviennent bons, grands et généreux ; par vous nos aspirations tournent vers le bien, par vous l’injustice disparaît, les haines s’éteignent, et la discorde fuit honteuse, éteignant son flambeau, craignant qu’il ne l’éclaire de trop sinistres lueurs. Frères ! écoutez la voix qui vous dit : Marchez ! Marchez vers ce but que vous voyez poindre là-bas ! Marchez vers cet éclatant rayon de lumière qui est devant vous, comme jadis la colonne lumineuse devant le peuple d’Israël ; il vous conduira dans la véritable Terre Promise, celle où règne le bonheur éternel, réservé aux purs Esprits. Armez-vous de vertus ; purifiez-vous de vos impuretés, et alors la route vous semblera facile, et vous la trouverez jonchée de fleurs ; vous la parcourrez avec un sentiment ineffable de joie, car à chaque pas vous comprendrez que vous approchez du but où vous pourrez conquérir les palmes éternelles.

Mardochée.



Il y a une image de ce article dans le service Google — Recherche de livres (Revue Spirite 1861).


.

Ouvrir