Bible du Chemin Testament Kardecien ©

Le Livre des Esprits — Livre III.

 <<< 


Chapitre VIII.


VII. LOI DU PROGRÈS.

1. État de nature. (776-778)2. Marche du progrès. (779-785) — 3. Peuples dégénérés. (786-789) — 4. Civilisation. (790-793) — 5. Progrès de la législation humaine. (794-797) — 6. Influence du Spiritisme sur le progrès. (798-802)


État de nature.


776 L’état de nature et la loi naturelle sont-ils la même chose ?

1 « Non, l’état de nature est l’état primitif. 2 La civilisation est incompatible avec l’état de nature, tandis que la loi naturelle contribue au progrès de l’humanité. »


3 L’état de nature est l’enfance de l’humanité et le point de départ de son développement intellectuel et moral. 4 L’homme étant perfectible, et portant en soi le germe de son amélioration, il n’est point destiné à vivre perpétuellement dans l’état de nature, pas plus qu’il n’est destiné à vivre perpétuellement dans l’enfance ; 5 l’état de nature est transitoire, l’homme en sort par le progrès et la civilisation. La loi naturelle, au contraire, régit l’humanité entière, et l’homme s’améliore à mesure qu’il comprend mieux et pratique mieux cette loi.


777 Dans l’état de nature, l’homme ayant moins de besoins, n’a pas toutes les tribulations qu’il se crée dans un état plus avancé ; que penser de l’opinion de ceux qui regardent cet état comme celui de la plus parfaite félicité sur la terre ?

« Que veux-tu ! c’est le bonheur de la brute ; il y a des gens qui n’en comprennent pas d’autre. C’est être heureux à la manière des bêtes. Les enfants aussi sont plus heureux que les hommes faits. »


778 L’homme peut-il rétrograder vers l’état de nature ?

1 « Non, l’homme doit progresser sans cesse, et il ne peut retourner à l’état d’enfance. 2 S’il progresse, c’est que Dieu le veut ainsi ; penser qu’il peut rétrograder vers sa condition primitive serait nier la loi du progrès. »


Marche du progrès.


779 L’homme puise-t-il en lui la force progressive, ou bien le progrès n’est-il que le produit d’un enseignement ?

1 « L’homme se développe lui-même naturellement ; 2 mais tous ne progressent pas en même temps et de la même manière ; c’est alors que les plus avancés aident au progrès des autres par le contact social. »


780 Le progrès moral suit-il toujours le progrès intellectuel ?

« Il en est la conséquence, mais il ne le suit pas toujours immédiatement. » (192, 365)


a — Comment le progrès intellectuel peut-il conduire au progrès moral ?

1 « En faisant comprendre le bien et le mal ; l’homme, alors, peut choisir. 2 Le développement du libre arbitre suit le développement de l’intelligence et augmente la responsabilité des actes. »


b — Comment se fait-il alors que les peuples les plus éclairés soient souvent les plus pervertis ?

1 « Le progrès complet est le but, mais les peuples, comme les individus, n’y arrivent que pas à pas. Jusqu’à ce que le sens moral se soit développé en eux, ils peuvent même se servir de leur intelligence pour faire le mal. 2 Le moral et l’intelligence sont deux forces qui ne s’équilibrent qu’à la longue. » (365, 751)


781 Est-il donné à l’homme de pouvoir arrêter la marche du progrès ?

« Non, mais de l’entraver quelquefois. »


a — Que penser des hommes qui tentent d’arrêter la marche du progrès et de faire rétrograder l’humanité ?

1 « Pauvres êtres que Dieu châtiera ; ils seront renversés par le torrent qu’ils veulent arrêter. »


2 Le progrès étant une condition de la nature humaine, il n’est au pouvoir de personne de s’y opposer. 3 C’est une force vive que de mauvaises lois peuvent retarder, mais non étouffer. Lorsque ces lois lui deviennent incompatibles, il les brise avec tous ceux qui tentent de les maintenir, 4 il en sera ainsi jusqu’à ce que l’homme ait mis ses lois en rapport avec la justice divine qui veut le bien pour tous, et non des lois faites par le fort au préjudice du faible.


782 N’y a-t-il pas des hommes qui entravent le progrès de bonne foi, en croyant le favoriser parce qu’ils le voient à leur point de vue, et souvent là où il n’est pas ?

« Petite pierre mise sous la roue d’une grosse voiture, et qui ne l’empêche pas d’avancer. »


783 Le perfectionnement de l’humanité suit-il toujours une marche progressive et lente ?

1 « Il y a le progrès régulier et lent qui résulte de la force des choses ; 2 mais quand un peuple n’avance pas assez vite, Dieu lui suscite, de temps à autre, une secousse physique ou morale qui le transforme. »


3 L’homme ne peut rester perpétuellement dans l’ignorance, parce qu’il doit arriver au but marqué par la Providence : il s’éclaire par la force des choses. 4 Les révolutions morales, comme les révolutions sociales, s’infiltrent peu à peu dans les idées ; elles germent pendant des siècles, puis tout à coup éclatent et font écrouler l’édifice vermoulu du passé, qui n’est plus en harmonie avec les besoins nouveaux et les aspirations nouvelles.

5 L’homme n’aperçoit souvent dans ces commotions que le désordre et la confusion momentanés qui le frappent dans ses intérêts matériels ; celui qui élève sa pensée au-dessus de la personnalité admire les desseins de la Providence qui du mal fait sortir le bien. C’est la tempête et l’orage qui assainissent l’atmosphère après l’avoir bouleversée.


784 La perversité de l’homme est bien grande, et ne semble-t-il pas marcher à reculons au lieu d’avancer, du moins au point de vue moral ?

1 « Tu te trompes ; observe bien l’ensemble et tu verras qu’il avance, puisqu’il comprend mieux ce qui est mal, et que chaque jour il réforme des abus. 2 Il faut l’excès du mal pour faire comprendre la nécessité du bien et des réformes. »


785 Quel est le plus grand obstacle au progrès ?

1 « L’orgueil et l’égoïsme ; 2 je veux parler du progrès moral, car le progrès intellectuel marche toujours ; 3 il semble même au premier abord donner à ces vices un redoublement d’activité en développant l’ambition et l’amour des richesses qui, à leur tour, excitent l’homme aux recherches qui éclairent son Esprit. 4 C’est ainsi que tout se tient dans le monde moral comme dans le monde physique, et que du mal même peut sortir le bien ; 5 mais cet état de choses n’aura qu’un temps ; il changera à mesure que l’homme comprendra mieux qu’il y a en dehors de la jouissance des biens terrestres un bonheur infiniment plus grand et infiniment plus durable. » (Voyez Egoïsme, chapitre XII).


6 Il y a deux espèces de progrès qui se prêtent un mutuel appui, et pourtant ne marchent pas de front, c’est le progrès intellectuel et le progrès moral. 7 Chez les peuples civilisés, le premier reçoit, dans ce siècle-ci, tous les encouragements désirables ; aussi a-t-il atteint un degré inconnu jusqu’à nos jours. Il s’en faut que le second soit au même niveau, et cependant si l’on compare les mœurs sociales à quelques siècles de distance, il faudrait être aveugle pour nier le progrès. 8 Pourquoi donc la marche ascendante s’arrêterait-elle plutôt pour le moral que pour l’intelligence ? Pourquoi n’y aurait-il pas entre le dix-neuvième et le vingt-quatrième siècle autant de différence qu’entre le quatorzième et le dix-neuvième ? En douter serait prétendre que l’humanité est à l’apogée de la perfection, ce qui serait absurde, ou qu’elle n’est pas perfectible moralement, ce qui est démenti par l’expérience.


Peuples dégénérés.


786 L’histoire nous montre une foule de peuples qui, après les secousses qui les ont bouleversés, sont retombés dans la barbarie ; où est le progrès dans ce cas ?

1 « Quand ta maison menace ruine, tu l’abats pour en reconstruire une plus solide et plus commode ; mais, jusqu’à ce qu’elle soit reconstruite, il y a trouble et confusion dans ta demeure.

2 « Comprends encore cela : tu étais pauvre et tu habitais une masure ; tu deviens riche et tu la quittes pour habiter un palais. Puis, un pauvre diable comme tu étais vient prendre ta place dans ta masure, et il est encore très content, car avant il n’avait pas d’abri. 3 Eh bien ! apprends donc que les Esprits qui se sont incarnés dans ce peuple dégénéré ne sont pas ceux qui le composaient au temps de sa splendeur ; ceux d’alors qui étaient avancés, sont allés dans des habitations plus parfaites et ont progressé, tandis que d’autres moins avancés ont pris leur place qu’ils quitteront à leur tour. »


787 N’y a-t-il pas des races rebelles au progrès par leur nature ?

« Oui, mais celles-là s’anéantissent chaque jour, corporellement. »


a — Quel sera le sort à venir des âmes qui animent ces races ?

« Elles arriveront comme toutes les autres à la perfection en passant par d’autres existences ; Dieu ne déshérite personne. »


b — Ainsi, les hommes les plus civilisés ont pu être sauvages et anthropophages ?

« Toi-même tu l’as été plus d’une fois avant d’être ce que tu es. »


788 Les peuples sont des individualités collectives qui, comme les individus, passent par l’enfance, l’âge mûr et la décrépitude ; cette vérité constatée par l’histoire ne peut-elle faire penser que les peuples les plus avancés de ce siècle auront leur déclin et leur fin, comme ceux de l’antiquité ?

1 « Les peuples qui ne vivent que de la vie du corps, ceux dont la grandeur n’est fondée que sur la force et l’étendue, naissent, croissent et meurent, parce que la force d’un peuple s’épuise comme celle d’un homme ; 2 ceux dont les lois égoïstes jurent avec le progrès des lumières et la charité meurent, parce que la lumière tue les ténèbres et la charité tue l’égoïsme ; 3 mais il y a, pour les peuples comme pour les individus, la vie de l’âme ; ceux dont les lois s’harmonisent avec les lois éternelles du Créateur vivront et seront le flambeau des autres peuples. »


789 Le progrès réunira-t-il un jour tous les peuples de la terre en une seule nation ?

1 « Non, pas en une seule nation, cela est impossible, car de la diversité des climats naissent des mœurs et des besoins différents qui constituent les nationalités ; c’est pourquoi il leur faudra toujours des lois appropriées à ces mœurs et à ces besoins ; mais la charité ne connaît point de latitudes et ne fait pas de distinction entre la couleur des hommes. 2 Quand la loi de Dieu sera partout la base de la loi humaine, les peuples pratiqueront la charité de l’un à l’autre, comme les individus d’homme à homme ; alors ils vivront heureux et en paix, parce que nul ne cherchera à faire du tort à son voisin, ni à vivre à ses dépens. »


3 L’humanité progresse par les individus qui s’améliorent peu à peu et s’éclairent ; alors, quand ceux-ci l’emportent en nombre, ils prennent le dessus et entraînent les autres. 4 De temps en temps surgissent parmi eux des hommes de génie qui donnent un élan, puis des hommes ayant l’autorité, instruments de Dieu, qui en quelques années la font avancer de plusieurs siècles.

5 Le progrès des peuples fait encore ressortir la justice de la réincarnation. 6 Les hommes de bien font de louables efforts pour faire avancer une nation moralement et intellectuellement ; la nation transformée sera plus heureuse en ce monde et en l’autre, soit ; mais pendant sa marche lente à travers les siècles, des milliers d’individus meurent chaque jour ; quel est le sort de tous ceux qui succombent dans le trajet ? Leur infériorité relative les prive-t-elle du bonheur réservé aux derniers arrivés ? Ou bien leur bonheur est-il relatif ? La justice divine ne saurait consacrer une telle injustice. 7 Par la pluralité des existences, le droit au bonheur est le même pour tous, car nul n’est déshérité du progrès ; ceux qui ont vécu au temps de la barbarie, pouvant revenir au temps de la civilisation, chez le même peuple ou chez un autre, il en résulte que tous profitent de la marche ascendante.

8 Mais le système de l’unité des existences présente ici une autre difficulté. Avec ce système l’âme est créée au moment de la naissance ; donc si un homme est plus avancé qu’un autre, c’est que Dieu crée pour lui une âme plus avancée. Pourquoi cette faveur ? Quel mérite a-t-il, lui qui n’a pas vécu plus qu’un autre, moins qu’un autre souvent, pour être doué d’une âme supérieure ? 9 Mais là n’est pas la principale difficulté. Une nation passe, en mille ans, de la barbarie à la civilisation. Si les hommes vivaient mille ans on concevrait que dans cet intervalle ils eussent le temps de progresser ; mais tous les jours il en meurt à tout âge ; ils se renouvellent sans cesse, de telle sorte que chaque jour en voit paraître et disparaître. Au bout des mille ans, il n’y a plus trace des anciens habitants ; la nation, de barbare qu’elle était, est devenue policée ; qu’est-ce qui a progressé ? Sont-ce les individus jadis barbares ? Mais ils sont morts depuis longtemps. Sont-ce les nouveaux venus ? Mais si leur âme est créée au moment de leur naissance, ces âmes n’existaient pas au temps de la barbarie, et il faut alors admettre que les efforts que l’on fait pour civiliser un peuple ont le pouvoir, non pas d’améliorer des âmes imparfaites, mais de faire créer par Dieu des âmes plus parfaites.

10 Comparons cette théorie du progrès avec celle donnée par les Esprits. Les âmes venues au temps de la civilisation ont eu leur enfance comme toutes les autres, mais elles ont déjà vécu, et sont venues avancées par un progrès antérieur ; elles viennent, attirées par un milieu qui leur est sympathique, et qui est en rapport avec leur état actuel ; de sorte que les soins donnés à la civilisation d’un peuple n’ont pas pour effet de faire créer pour l’avenir des âmes plus parfaites, mais d’attirer celles qui ont déjà progressé, soit qu’elles aient déjà vécu chez ce même peuple au temps de sa barbarie, soit qu’elles viennent d’autre part. Là est encore la clef du progrès de l’humanité tout entière ; 11 quand tous les peuples seront au même niveau pour le sentiment du bien, la terre ne sera le rendez-vous que de bons Esprits qui vivront entre eux dans une union fraternelle, et les mauvais s’y trouvant repoussés et déplacés iront chercher dans des mondes inférieurs le milieu qui leur convient, jusqu’à ce qu’ils soient dignes de venir dans le nôtre transformé. 12 La théorie vulgaire a encore cette conséquence, que les travaux d’amélioration sociale ne profitent qu’aux générations présentes et futures ; leur résultat est nul pour les générations passées qui ont eu le tort de venir trop tôt, et qui deviennent ce qu’elles peuvent, chargées qu’elles sont de leurs actes de barbarie. 13 Selon la doctrine des Esprits, les progrès ultérieurs profitent également à ces générations qui revivent dans des conditions meilleures et peuvent ainsi se perfectionner au foyer de la civilisation. (222)


Civilisation.


790 La civilisation est-elle un progrès ou, selon quelques philosophes, une décadence de l’humanité ?

« Progrès incomplet ; l’homme ne passe pas subitement de l’enfance à l’âge mûr. »


a — Est-il rationnel de condamner la civilisation ?

« Condamnez plutôt ceux qui en abusent, et non pas l’œuvre de Dieu. »


791 La civilisation s’épurera-t-elle un jour de manière à faire disparaître les maux qu’elle aura produits ?

« Oui, quand le moral sera aussi développé que l’intelligence. Le fruit ne peut venir avant la fleur. »


792 Pourquoi la civilisation ne réalise-t-elle pas immédiatement tout le bien qu’elle pourrait produire ?

« Parce que les hommes ne sont pas encore prêts ni disposés à obtenir ce bien. »


a — Ne serait-ce pas aussi parce qu’en créant de nouveaux besoins, elle surexcite des passions nouvelles ?

1 « Oui, et parce que toutes les facultés de l’Esprit ne progressent pas en même temps ; 2 il faut le temps pour tout. Vous ne pouvez attendre des fruits parfaits d’une civilisation incomplète. » (751, 780)


793 A quels signes peut-on reconnaître une civilisation complète ?

1 « Vous la reconnaîtrez au développement moral. 2 Vous vous croyez bien avancés, parce que vous avez fait de grandes découvertes et des inventions merveilleuses ; que vous êtes mieux logés et mieux vêtus que des sauvages ; mais vous n’aurez vraiment le droit de vous dire civilisés que lorsque vous aurez banni de votre société les vices qui la déshonorent, et que vous vivrez entre vous comme des frères en pratiquant la charité chrétienne ; 3 jusque-là, vous n’êtes que des peuples éclairés, n’ayant parcouru que la première phase de la civilisation. »


4 La civilisation a ses degrés comme toutes choses. Une civilisation incomplète est un état de transition qui engendre des maux spéciaux, inconnus à l’état primitif ; mais elle n’en constitue pas moins un progrès naturel, nécessaire, qui porte avec soi le remède au mal qu’il fait. 5 A mesure que la civilisation se perfectionne, elle fait cesser quelques-uns des maux qu’elle a engendrés, et ces maux disparaîtront avec le progrès moral.

 6 De deux peuples arrivés au sommet de l’échelle sociale, celui-là seul peut se dire le plus civilisé, dans la véritable acception du mot, chez lequel on trouve le moins d’égoïsme, de cupidité et d’orgueil ; où les habitudes sont plus intellectuelles et morales que matérielles ; où l’intelligence peut se développer avec le plus de liberté ; où il y a le plus de bonté, de bonne foi, de bienveillance et de générosité réciproques ; où les préjugés de caste et de naissance sont le moins enracinés, car ces préjugés sont incompatibles avec le véritable amour du prochain ; où les lois ne consacrent aucun privilège et sont les mêmes pour le dernier comme pour le premier ; où la justice s’exerce avec le moins de partialité ; où le faible trouve toujours appui contre le fort ; où la vie de l’homme, ses croyances et ses opinions sont le mieux respectées ; où il y a le moins de malheureux, et enfin, où tout homme de bonne volonté est toujours sûr de ne point manquer du nécessaire.


Progrès de la législation humaine.


794 La société pourrait-elle être régie par les seules lois naturelles sans le secours des lois humaines ?

1 « Elle le pourrait si on les comprenait bien, et si on avait la volonté de les pratiquer, elles suffiraient ; 2 mais la société a ses exigences, et il lui faut des lois particulières. »


795 Quelle est la cause de l’instabilité des lois humaines ?

1 « Dans les temps de barbarie, ce sont les plus forts qui ont fait les lois, et ils les ont faites pour eux. Il a bien fallu les modifier à mesure que les hommes ont mieux compris la justice. Les lois humaines sont plus stables à mesure qu’elles se rapprochent de la véritable justice, c’est-à-dire à mesure qu’elles sont faites pour tous, et qu’elles s’identifient avec la loi naturelle. »


2 La civilisation a créé pour l’homme de nouveaux besoins, et ces besoins sont relatifs à la position sociale qu’il s’est faite. Il a dû régler les droits et les devoirs de cette position par les lois humaines ; mais sous l’influence de ses passions, il a souvent créé des droits et des devoirs imaginaires que condamne la loi naturelle, et que les peuples effacent de leurs codes à mesure qu’ils progressent. 3 La loi naturelle est immuable et la même pour tous ; la loi humaine est variable et progressive ; elle seule a pu consacrer, dans l’enfance des sociétés, le droit du plus fort.


796 La sévérité des lois pénales n’est-elle pas une nécessité dans l’état actuel de la société ?

1 « Une société dépravée a certainement besoin de lois plus sévères ; 2 malheureusement, ces lois s’attachent plus à punir le mal quand il est fait, qu’à tarir la source du mal. 3 Il n’y a que l’éducation qui puisse réformer les hommes ; alors ils n’auront plus besoin de lois aussi rigoureuses. »


797 Comment l’homme pourra-t-il être amené à réformer ses lois ?

« Cela vient naturellement par la force des choses et l’influence des gens de bien qui le conduisent dans la voie du progrès. Il en a déjà beaucoup réformé et il en réformera bien d’autres. Attends ! »


Influence du Spiritisme sur le progrès.


798 Le Spiritisme deviendra-t-il une croyance vulgaire, ou restera-t-il le partage de quelques personnes ?

1 « Certainement il deviendra une croyance vulgaire, et il marquera une nouvelle ère dans l’histoire de l’humanité, parce qu’il est dans la nature et que le temps est venu où il doit prendre rang parmi les connaissances humaines ; 2 cependant il aura de grandes luttes à soutenir, plus encore contre l’intérêt que contre la conviction, car il ne faut pas se dissimuler qu’il y a des gens intéressés à le combattre, les uns par amour-propre, les autres pour des causes toutes matérielles ; mais les contradicteurs se trouvant de plus en plus isolés seront bien forcés de penser comme tout le monde, sous peine de se rendre ridicules. »


3 Les idées ne se transforment qu’à la longue, et jamais subitement ; elles s’affaiblissent de génération en génération et finissent par disparaître peu à peu avec ceux qui les professaient, et qui sont remplacés par d’autres individus imbus de nouveaux principes, comme cela a lieu pour les idées politiques. 4 Voyez le paganisme ; il n’est certes personne aujourd’hui qui professe les idées religieuses de ces temps-là ; cependant, plusieurs siècles après l’avènement du Christianisme, elles ont laissé des traces que la complète rénovation des races a seule pu effacer. 5 Il en sera de même du Spiritisme ; il fait beaucoup de progrès ; mais il y aura encore pendant deux ou trois générations un levain d’incrédulité que le temps seul dissipera. Toutefois sa marche sera plus rapide que celle du Christianisme, parce que c’est le Christianisme lui-même qui lui ouvre les voies et sur lequel il s’appuie. Le Christianisme avait à détruire ; le Spiritisme n’a qu’à édifier.


799 De quelle manière le Spiritisme peut-il contribuer au progrès ?

« En détruisant le matérialisme qui est une des plaies de la société, il fait comprendre aux hommes où est leur véritable intérêt. La vie future n’étant plus voilée par le doute, l’homme comprendra mieux qu’il peut assurer son avenir par le présent. En détruisant les préjugés de sectes, de castes et de couleurs, il apprend aux hommes la grande solidarité qui doit les unir comme des frères. »


800 N’est-il pas à craindre que le Spiritisme ne puisse triompher de l’insouciance des hommes et de leur attachement aux choses matérielles ?

« Ce serait bien peu connaître les hommes, si l’on pensait qu’une cause quelconque pût les transformer comme par enchantement. Les idées se modifient peu à peu selon les individus, et il faut des générations pour effacer complètement les traces des vieilles habitudes. La transformation ne peut donc s’opérer qu’à la longue, graduellement et de proche en proche ; à chaque génération une partie du voile se dissipe ; le Spiritisme vient le déchirer tout à fait ; mais en attendant n’aurait-il pour effet, chez un homme, que de le corriger d’un seul défaut, ce serait un pas qu’il lui aurait fait faire, et par cela même un grand bien, car ce premier pas lui rendra les autres plus faciles. »


801 Pourquoi les Esprits n’ont-ils pas enseigné de tout temps ce qu’ils enseignent aujourd’hui ?

1 « Vous n’enseignez pas aux enfants ce que vous enseignez aux adultes, et vous ne donnez pas au nouveau-né une nourriture qu’il ne pourrait pas digérer ; chaque chose a son temps. 2 Ils ont enseigné beaucoup de choses que les hommes n’ont pas comprises ou qu’ils ont dénaturées, mais qu’ils peuvent comprendre maintenant. Par leur enseignement, même incomplet, ils ont préparé le terrain à recevoir la semence qui va fructifier aujourd’hui. »


802 Puisque le Spiritisme doit marquer un progrès dans l’humanité, pourquoi les Esprits ne hâtent-ils pas ce progrès par des manifestations tellement générales et tellement patentes que la conviction serait portée chez les plus incrédules ?

1 « Vous voudriez des miracles ; mais Dieu les sème à pleines mains sous vos pas, et vous avez encore des hommes qui le renient. 2 Le Christ lui-même a-t-il convaincu ses contemporains par les prodiges qu’il a accomplis ? Ne voyez-vous pas aujourd’hui des hommes nier les faits les plus patents qui se passent sous leurs yeux ? N’en avez-vous pas qui disent qu’ils ne croiraient pas quand même ils verraient ? 3 Non ; ce n’est pas par des prodiges que Dieu veut ramener les hommes ; dans sa bonté, il veut leur laisser le mérite de se convaincre par la raison. »



Il y a deux images de ce chapitre dans le service Google - Recherche de livres (Deuxième édition - 1860) et (Quatorzième édition - 1866)


.

Ouvrir